Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a été créé dans le cadre des cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA, étudiés par Florentina CARRIER

15 Jan

SALVADOR DALI (1904-1989) et ses OEUVRES

Publié par Florentina CARRIER  - Catégories :  #Artistes

Salvador Dali, aussi appelé "le grand paranoïaque", est doué d'un métier hors pair et il en joue avec brio pour composer ses images doubles et, cacher dans les méandres de la composition, des images qui ne peuvent se révéler qu'à l'attention distraite du regard paranoïaque. C'est un artiste qui a su transgresser, réinventer, refonder un ensemble de mythes, de valeurs, de manières de raisonner de son temps. Une période très troublée par les guerres, les conflits, animée aussi par de nombreux mouvement artistiques auxquels il sera indifférents ou opposé. Car quand la contradiction est là, Dali peut créer et exprimer librement son propre regard, son interprétation. Jouant également avec les échelles, l'artiste, qui travaillait ses petits formats avec une loupe, excelle à loger ses drôleries au creux d'imperceptibles anomalies morphologiques. Dans les plus grands formats, Dali aime user des coins d'ombre ou des arrières plans pour placer des scènes apparemment étrangères au sujet, au plus grand embarras de ses interprètes. La loupe numérique permet de dévoiler les camouflages les plus sophistiqués de celui qui, comme la nature - selon Démocrite-, aimait se cacher. Quelques détails choisis dans Les Premiers Jours du printemps de 1929 nous permettent d'assister, sous les yeux de Dali enfant, à la naissance brutale d'une nouvelle iconographie à l'orée des années surréalistes.

Les Premiers Jours du printemps, 1929

Les Premiers Jours du printemps, 1929

UNE ENFANCE CATALANE :

Une famille catalane de notables et d'intellectuels, des amis musiciens et peintres, tout encourageait Dali à embrasser une carrière artistique. Barcelone, avec le Park Güell et la Sagrada Familia de Gaudi, et le paysage de Cadaquès forment ses premières impressions esthétiques. A seize ans, il confie à son carnet : "Je serai un génie et le monde m'admirera."

Park Güell

Park Güell

Dali, enfant, est envoyé dans une école primaire laïque dirigé par le lunatique Trayter qui l'initie aux mystère de la lanterne magique. mais Salvador préfère cultiver sa propre projection de formes.

"Au cours de mes interminables et épuisantes rêveries, mes yeux suivaient sans relâche les vagues irrégularités de ces silhouettes moisies (du plafond) et je vis émerger, de ce chaos qui était aussi informe que des nuages, des images qui devenaient progressivement concrètes et qui était pourvus par degrés d'une personnalité de plus en plus précise, détaillée et réaliste."

Vous avez surement déjà joué à trouver des formes dans le ciel avec les nuages ou les étoiles ?! Dali aussi, et c'est l'essence même de ses débuts créatifs !

Egalement fasciné par la nature, sa vision des rochers de mica-schiste du cap Creus, rongés et sculptés par la tramontane, qu'il désigne comme "un grandiose délire géologique, donnera naissance au Grand Masturbateur, image clé des œuvres des années trente.

Le Grand Masturbateur

Le Grand Masturbateur

Un des rochers de mica-schistes du cap Creus, pointe extrême orientale de l'Espagne

Un des rochers de mica-schistes du cap Creus, pointe extrême orientale de l'Espagne

EXPÉRIENCE PARANOÏAQUE CONTRE AUTOMATISME

Au contact des surréaliste, l'artiste ne renonce pas à son esthétique "objective". Son expérience de la "conversion subite du réel", sous la puissance du regard qu'il baptise "paranoïaque", s'oppose autant à l'automatisme d'André Breton qu'à l'hallucination cultivée autour de Georges Bataille. L'intransigeance du "nouveau Rimbaud" doit beaucoup à l'influence libératrice de Gala Eluard.

Le Guillaume Tell

Le Guillaume Tell

Le Guillaume Tell a provoqué de nombreux commentaires psychanalysant. Dali, qui à dévorés récemment quelques œuvres fondamentales de Freud comme l'Interprétation de rêves, n'hésite pas à mêler des exemples freudiens à ses propres créations symboliques, à la lumière suspecte de souvenirs biographiques. Ainsi naissent de nouveaux mythes comme celui de Guillaume Tell castrateur, armé ici d'une paire de ciseaux. La flèche lancée par le héro suisse sur la pomme-substitut est placée sur la tête de son fils. Les ciseaux rouges de sang tendraient à faire croire que le sacrifice de la jeune virilité a été accompli.

La Fontaine

La Fontaine

5Dans cette oeuvre, on peut voir, sur le sol de marbre d'un temple archaïque, une colonne aux métastases ornementales, une stèle molle aux rébus inquiétants, une femme-fontaine Art Nouveau aux lèvres rongées par le désir, une femme jarre prête à cracher dans un calice, un couple fellateur épié par un lion. Tous ces élément dessinent un itinéraire des perversions annoncées dans les pages de La Femme visible.

La Persistance de la mémoire, 1931

La Persistance de la mémoire, 1931

Peut-être le plus célèbre tableau de Dali, La Persistance de la mémoire (communément appelé "Les montres molles", vedette du Museum of Modern Art de NY, est le résultat, dans le temps étroit d'une séance de cinéma, d'un tableau inachevé, d'une migraine atroce et d'un camembert coulant.

Construction molle avec des haricots bouillis

Construction molle avec des haricots bouillis

Construction molle avec des haricots bouillis, dit aussi Prémonition de la guerre civile, présente un monstre s'autodétruisant dans la plaine de l'Ampurdan. Annonce ou souvenir d'apocalypse, le cannibalisme des "êtres objets" atteint un monumentalisme que renforce la silhouette penchée et fataliste du "Bureaucrate moyen".

L'Énigme de Guillaume Tell, 1933

L'Énigme de Guillaume Tell, 1933

"L'Énigme de Guillaume Tell" est peut-être l'un des tableaux qui décrit l'un des moments les plus dangereux de ma vie. Guillaume Tell, c'est mon père; moi, le petit enfant qu'il a dans ses bras et qui, au lieu d'une pomme, porte une côtelette crue sur la tête. Cela veut dire que Guillaume Tell a des intentions cannibales : Il veut me manger. Et puis, il faut aussi que les gens remarquent à côté du pied de Guillaume Tell, une toute petite noix qui contient une sorte de berceau et ce berceau contient un tout petit enfant qui est à l'image de ma Femme Gala. Et elle est tout le temps menacée par ce pied, car si ce pied bouge un tout petit peu, il peut écraser la noix, le berceau, et donc détruire la femme."

"L'Énigme de Salvador Dali", 1974

La Métamorphose de Narcisse, 1937

La Métamorphose de Narcisse, 1937

La Métamorphose de Narcisse, oeuvre symbole, est un tableau qui témoigne d'un désir de renouveau. "Sous la déchirure du nuage noir qui s'éloigne, la balance invisible du printemps oscille dans le ciel neuf d'avril..." Suit la description d'une débâcle printanière qui précipite Narcisse du sommet immaculé des montagnes, au bord d'un lac, où montent les innombrables lances florales. L'adolescent à l'"anatomie claire et divine" s'oublie, s'anéantit dans son reflet quant, au moment ultime, il ressuscite dans "l'écho morphologique" de "la main qui porte l’œuf" d'où surgit "la fleur, le nouveau Narcisse, Gala, mon Narcisse".

Dali est d’une fécondité immense, d’une impudeur totale, d’une maîtrise technique inouïe.

Dali casse, reconstruit, réinvente en pur artiste. Il est doté d'une formation académique si solide qu'il s'empare de ses sujets avec maestria. Le laid accompagne le beau, le met en valeur, les réalisations sont éblouissantes de lumières, de nuances, de composition, de styles très différents.

Si Dali délirai, Dali ne délitait pas. Il osait, fouillait, interrogeait les recoins les plus sombres de la psyché. Il convoque le sens, nous taraude l'esprit. Dali aime ou déteste, en catalan, un homme du sud. Il est d'une fécondité immense et d'une impudeur totale, le tout avec une maîtrise technique inouïe.

Quelques citations remarquables de Dali :

« A six ans je voulais être cuisinière. A sept ans Napoléon. Depuis, mon ambition n’a cessé de croître comme ma folie des grandeurs ».

« Quel est votre secret pour avoir du succès ? – Offrir du bon miel à la bonne mouche au bon moment et au bon endroit. «

L’unique chose dont le monde n’aura jamais assez est l’exagération.

Aucun désir n’est coupable, il y a faute uniquement dans leur refoulement.

Ne craignez pas d’atteindre la perfection, vous n’y arriverez jamais.

Pas de chefs-d’œuvre dans la paresse !

Il est très important pour un artiste d’avoir un sens développé du cosmos. Je suis beaucoup plus important comme génie cosmique que comme peintre.

La paranoïa se sert du monde extérieur pour faire valoir l’idée obsédante, avec la troublante particularité de rendre valable la réalité de cette idée pour les autres, écrit Dalí. La réalité du monde extérieur sert comme illustration et preuve, et est mise au service de la réalité de notre esprit.

Salvator Dali

Sources :

- Livres "Dali, Le Grand paranoïaque", Jean-Louis Gaillemin, de la bibliothèque Jacques Demy, Nantes

- Internet

Commenter cet article

À propos

Ce blog a été créé dans le cadre des cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA, étudiés par Florentina CARRIER