Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a été créé dans le cadre des cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA, étudiés par Florentina CARRIER

25 Oct

Nathalia Sergeevna Gontcharova - LE RAYONNISME (1912-1915)

Publié par Florentina CARRIER  - Catégories :  #Courants artistiques, #Artistes

Né en Russie, présenté à Paris, 1912-1915

Essentiellement deux artistes ont mis en pratique ce mouvement: Michel Larionov et son épouse Nathalia Gontcharova. Assez vite ils vont passer à l’abstraction, surtout Michel Larionov. Les peintres essaient de reproduire les rayons qui sont présent partout et qui s’entrechoquent mais qu’on ne voit pas. L’idée est d’évoquer la réalité sans la représenter.

Natalia Gontcharova, forêt vert (1911). L’idée est de représenter les rayons lumineux que l’on ne voit pas.

Natalia Gontcharova, forêt vert (1911). L’idée est de représenter les rayons lumineux que l’on ne voit pas.

Nathalia Sergeevna Gontcharova

Nathalia Sergeevna Gontcharova

Biographie

Originaire d’une famille de la petite noblesse russe vraisemblablement apparentée à Pouchkine, Nathalie Gontcharova effectue toutes ses études à Moscou, et notamment à l’Ecole de peinture, sculpture et architecture, où elle rencontre son compagnon de toute une vie, Michel Larionov.
En 1906, à l’appel du chorégraphe et directeur des Ballets russes Serge de Diaghilev, qui organise cette année-là une exposition de peinture russe au Salon d’Automne, elle se rend à Paris pour présenter ses toiles.

À la suite de cette expérience, sa peinture, d’abord impressionniste, s’enrichit de la connaissance du Fauvisme et du Cubisme. Mais de retour en Russie, de même que Larionov, elle redécouvre la richesse du patrimoine traditionnel russe et oriental, les icônes et l’art paysan vernaculaire. Sa personnalité artistique ainsi affirmée, elle participe à toutes les grandes manifestations d’avant-gardes russes et internationales, sa notoriété culminant avec la rétrospective de son œuvre à Moscou, en 1913, où sont exposées plus de 700 toiles.

Durant cette même année, elle participe avec Larionov et le poète Maïakovski à la création d’un cabaret futuriste à Moscou, où les maquillages des visages qu’elle réalise font scandale.
À partir de 1914, elle se consacre de plus en plus à la création de costumes et décors de théâtre, essentiellement pour les Ballets russes de Diaghilev, ainsi qu’à l’illustration de livres.
En 1917, elle s’installe définitivement à Paris avec Larionov, sans jamais revoir son pays.

Sources :

- Cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA

- Internet

Copyright: Ressources du Centre Pompidou

Commenter cet article

À propos

Ce blog a été créé dans le cadre des cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA, étudiés par Florentina CARRIER