Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a été créé dans le cadre des cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA, étudiés par Florentina CARRIER

16 Jan

LE MONOCHROME (1900-1920 / puis 1950)

Publié par Florentina CARRIER  - Catégories :  #Courants artistiques

Qu’est-ce qu’un monochrome ? Le Monochrome d’une seule couleur. Le terme fut longtemps dans l’histoire de l’art un adjectif qualifiant un camaïeu ou une grisaille. Au XXe siècle, il devient un substantif puis un genre au même titre que le paysage ou le Ready-made.

Le monochrome fait partie de ces pratiques qui ont remis en cause les manières traditionnelles d’envisager la création. Malévitch est considéré comme le premier monochrome avec son Carré noir su fond blanc, en 1915.

Kasimir Malevitch,  Carré noir sur fond blanc, 1915 - Représenter au-delà du réel.

Kasimir Malevitch, Carré noir sur fond blanc, 1915 - Représenter au-delà du réel.

Ce qu'il faut comprendre, c'est comment et pourquoi des artistes réduisent la peinture à une couleur unique pour renouveler leur pratique artistique?
Vide de représentation et de forme, le monochrome est riche de toutes les intentions. Malevitch le conçoit comme un passage vers l’infini, Rodtchenko peint une surface matérielle et vide, Newman et Rothko en font un grand champ coloré pour s’ouvrir à une expérience intérieure. Pour Ad Reinhardt, il est l’ultime peinture et pour Ryman ce qui lui permet de mesurer les effets de chaque matériau et support …

« Entre ces deux pôles extrêmes – la manifestation de l’absolu et le rire nihiliste –, écrit Denys Riout, tout l’éventail des possibilités peut donner lieu à des versions monochromatisées. Les unes aspirent à la beauté, les autres au sublime, d’autres encore relèvent du spiritualisme, du matérialisme, de l’ironie ou du désespoir. Il en est de toutes les couleurs, et encore des blanches, des noires. On en rencontre des petites et des grandes, des lisses et des fripées, des rugueuses, des chaotiques, des brillantes, des mates et des satinées. Elles peuvent être peintes à l’huile, à l’acrylique, à la détrempe, avec un pinceau, une brosse, un rouleau ou un pistolet. Les unes sont exécutées par l’artiste en personne, d’autres, plus rares, il est vrai, par ses assistants du moment. Bref, il en est de toutes sortes, et le genre, si étroit qu’il paraisse a priori, n’en offre pas moins d’inépuisables possibilités d’invention aux artistes imaginatifs qui mettent ainsi à l’épreuve la sagacité des commentateurs. »

Les premières réflexions sur le monochrome datent du XIXème siècle. Mais au début, ce n'était que sous forme de plaisanterie :

Gustave Doré, « Histoire pittoresque dramatique et caricaturale de la Sainte Russie », 1854 - Paris.

Gustave Doré, « Histoire pittoresque dramatique et caricaturale de la Sainte Russie », 1854 - Paris.

A cette époque Napoléon III est en guerre contre les Russes.Les premières pages sont noires car l’origine de l’histoire de la Russie se perd dans les ténèbres. Puis il présente une période : suite de faits incolores : il ne se passe rien donc on ne représente rien.

De 1542 à 1580, à la suite du règne d’Ivan le Terrible, Gustave Doré poursuivra son livre avec « La tache Rouge » (Histoire de la Russie) :

Gustave Doré, La Tâche Rouge, 1954

Gustave Doré, La Tâche Rouge, 1954

Clignons des yeux pour ne voir que l’essentiel : Une tâche de sang. Ici la couleur est significative. Mais il n'y a pas que le rouge évoquant la violence, le sanglant, qui est associé à un caractère : le bleu sera associé à la peur, le gris au brouillard...

Ainsi naît la représentation de monochromes burlesques , notamment à travers :

Alphonse Allais, Album primo-avrilesque, 1897

LE MONOCHROME (1900-1920 / puis 1950)
LE MONOCHROME (1900-1920 / puis 1950)
LE MONOCHROME (1900-1920 / puis 1950)
LE MONOCHROME (1900-1920 / puis 1950)

Cette chose éminemment drôle et moderne à plus d'un titre. Il s'agit donc d'un livre d'Alphonse Allais paru le 1er avril (comme il se devait) 1897 chez l'éditeur Ollendorff, et qui contient sept monochromes aux titres et descriptions réjouissantes. Alphonse Allais s'est peut-être inspiré d'autres tableaux de la même eau (voir ici par exemple, pour les explications), mais cela n'enlève rien à son génie. On peut découvrir le livre dans son entier grâce au lecteur Gallica avec sa "spirituelle préface" ainsi que la partition d'une Marche funèbre spécialement composée pour les funérailles d'un grand homme sourd. Et certains mauvais esprits pourront ensuite mettre en perspective ces potacheries avec certaines œuvres modernes et contemporaines pour en tirer les conclusions qu'ils voudront.

Un grand artiste du monochrome également, dont vous aurez plus de détails dans cet article, il s'agit d'Yves Klein avec son International Klein Blue, qui donnera naissance à : IKB.

Yves Klein, « Yves peintures » 1954

Yves Klein, « Yves peintures » 1954

Yves Klein, IKB 191,  1962

Yves Klein, IKB 191, 1962

Yves Klein choisit une seule couleur. Les couleurs sont des éléments sensibles. Chacun les interprète différemment. La manière dont la couleur est disposée fait ressentir une émotion différente. Il joue également avec l'imprégnation: Il présente ses œuvres en léger décalage du mur pour donner l’impression de lévitation.

  • Représenter l’immatériel.
  • Klein s’intéresse au vide.

« Comment représenter l’immatériel à partir d’objets matériels ? »

Rodtchenko exposé de 5 x 5 = 25 - Présente des toiles monochrome avec des couleurs pures par trois et travaille sur la surface.

Rodtchenko exposé de 5 x 5 = 25 - Présente des toiles monochrome avec des couleurs pures par trois et travaille sur la surface.

Robert Rauschenberg, White Paintings (four panels), 1951

Robert Rauschenberg, White Paintings (four panels), 1951

Rauschenberg, fait figurer le Blanc, qui correspond au blanc de la liberté. Pour lui ça reflète l’environnement. A défaut de représenter le monde, laissons le monde s’exprimer sur la toile.

Fabrice Hyber, 1m² de rouge à lèvre, 2012

Fabrice Hyber, 1m² de rouge à lèvre, 2012

L’artiste Fabrice Hyber a exposé Un mètre cube de rouge à lèvres Yves Saint Laurent au Palais de Tokyo jusqu’au 7 janvier 2013. Cette oeuvre surprenante, présentée dans le cadre de l’exposition Matières premières, a été réalisée à partir de la matière du célèbre Rouge Pur Couture n°1 de la marque.

Sources:

- Cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA

- Internet

Commenter cet article

À propos

Ce blog a été créé dans le cadre des cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA, étudiés par Florentina CARRIER