Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a été créé dans le cadre des cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA, étudiés par Florentina CARRIER

08 Dec

L'ART ALGORYTHMIQUE

Publié par Florentina CARRIER  - Catégories :  #Courants artistiques

L'art algorythmique, c'est l'art de faire de faire des images par le calcul. On peut le comprendre dans un sens très strict, comme le font les alogoristes, en exigeant qu'il n'y ait rien d'autre que le calcul, ou tolérer que le calcul brut soit suivi de retouches diverses dans des logiciels graphiques, voire intégré à des photo-montages (c'est le cas de mes images Markus-Lyapounov).

Lyapunov, Fractale

Lyapunov, Fractale

On ne trouvera pas que des images fractales. Les techniques fractales sont souvent utilisées en arrière plan pour donner de la complexité aux images, mais il y a d'autres façons de donner de la complexité (les images faites au traceur de courbes par Roman Verostko ou les pavages plans d'Escher), et puis il y a des images algorithmiques qui recherchent plutôt une simplicité "zen", comme Jean Pierre Hébert.

 Roman Verostko, Green Cloud

Roman Verostko, Green Cloud

Pavages plans d'Escher

Pavages plans d'Escher

Jean-Pierre Hébert, Untitled, 2001

Jean-Pierre Hébert, Untitled, 2001

Les algoristes ne représentent pas une technique numérique particulière, mais plutôt une attitude philosophique, celle d'arriver à un résultat artistique par une pure démarche algorythmique. Le résultat peut être une image aussi bien que de la sculpture. Les algorithmes ne sont pas forcément numériques, mais doivent faire partie de l'originalité de l'oeuvre. Si l'on croit comme Morellet qu'une oeuvre doit être impersonnelle et parler d'elle-même au public sans que l'on doive l'accompagner par une information sur la démarche spirituelle de l'auteur, ces exigences sur le processus créatif de l'oeuvre paraîtront excessives, comme le serait toute interdiction de mélanger plusieurs techniques picturales.

Les images algorithmiques ne se limitent pas aux images fractales :

  • On a aussi des visualisations de calculs classiques comme les visualisations de surfaces "classiques" ( non fractales) calculées par des logiciels. Dans ce genre, on trouvera les surfaces minimales de Helman Ferguson.

les paysages fractaux de Kenton Musgrave, bien plus complexes et réalistes que ce que savent faire les générateurs de paysage populaires actuels. Kenton Musgrave attache évidemment beaucoup d'importance aux algorithmes que lui et son équipe ont définis et mis en oeuvres, et il se définit comme un algoriste. Mais comme il fait maintenant partie de l'équipe des concepteurs de Bryce, il se pourrait que ces algorithmes fassent partie d'un super-Bryce à venir et qu'un artiste puisse les utiliser de manière inconsciente. Où iront se classer les oeuvres ainsi produites, par rapport à celles de Kenton Musgrave ?

Helaman Ferguson, Jaime Escalante Award, silicon bronze, 8

Helaman Ferguson, Jaime Escalante Award, silicon bronze, 8

  • On trouver également les paysages fractaux de Kenton Musgrave qui se définit comme un algoriste et qui attache beaucoup d'importance aux algorithmes que lui et son équipe ont définis et mis en œuvres.
Kenton Musgrave, Paysage fractal

Kenton Musgrave, Paysage fractal

  • On aura aussi les images génétiques qui sont obtenues par une suite de mutations d'une image de départ, suivant des règles de sélection inspirées de la génétique. Les noms de référence sont Karl Sims et Steven Rooke, mais Kenton Musgraves s'y est également intéressé.
Karl Sims - Panspermia.

Karl Sims - Panspermia.

Steven Rooke, Hypersea, vers 1997, image digitale

Steven Rooke, Hypersea, vers 1997, image digitale

  • Enfin, on peut construire des scènes virtuelles abstraites au moyen de logiciels 3D et en tirer des images abstraites (par tracé de rayons, par exemple) qui seront comparables à certaines des images fractales qu'on a pu voir plus haut. Si on peut contrôler les entrées du logiciel 3D, la scène peut être construite de manière algorithmique et on obtient une vraie image algorithmique, mais on peut aussi concevoir de piloter le logiciel 3D "à la main", comme un sculpteur virtuel; il pourrait être difficile de voir la différence sur le résultat final. Je pense que les images de Yoichiro Kawaguchi appartiennent à cette catégorie, ainsi que celles de Robert H. Russ.
Yoichiro Kawaguchi

Yoichiro Kawaguchi

Robert H. Russ, Empyrios

Robert H. Russ, Empyrios

Sources:

- Dossier personnel (Les mathématiques dans la nature) fait en Première année de l'EDNA

- Internet

Commenter cet article

À propos

Ce blog a été créé dans le cadre des cours d'Histoire de l'Art de l'EDNA, étudiés par Florentina CARRIER